Rapport sur la médecine de prévention dans les trois fonctions publiques

jeudi 15 janvier 2015

Rapport médecine de prévention fonctions publiques

- Le rapport
- Les annexes
- synthèse du rapport

Ce rapport a été demandé par plusieurs ministères conjointement aux trois inspections générales, de l’administration, des affaires sociales et de l’enseignement.
Il développe 3 chapitres et 23 recommandations.

Le constat de la pénurie mal mesurée et contrastée est assez bien documenté. L’incitation à la mutualisation est louable. Dommage qu’elle soit limitée pour la FPE aux DDI, pour la FPT aux centres de gestion, pour la FPH aux groupements hospitaliers des territoires, globalement les plus petits services qui dysfonctionnent le plus à ce jour.
Les recommandations pour le renforcement de l’expertise médicale en santé au travail peuvent être saluées :
- Supprimer les visites des médecins agréés pour les embauches, confier aux médecins de prévention une visite de début d’activité, et le soin des équilibres des activités et des périodicités sont des délégations intéressantes.
- Recruter des infirmières en santé travail et mettre en œuvre des équipes pluridisciplinaires prolongent les ouvertures du privé.
- L’attribution à la formation spécialisée du Conseil commun de la fonction publique des conditions de travail... la politique des risques professionnels et leur typologie se défend, mais nous serons sceptiques pour son élaboration de recommandations d’intervention des médecins de prévention face à ces risques, une nouvelle fiche métier et un référentiel, pour lesquels le niveau DPC et HAS nous semble plus pertinent.
L’intégration de collaborateurs médecins dans les Fonctions publiques est logique et pourquoi pas la promotion pour les reconversions à la médecine de prévention.
Enfin le report à 73 ans de l’âge limite d’exercice des médecins de prévention nous promet une longue carrière … pour sauver les meubles ?
On regrettera quand même que cette mission ne propose que des mutualisations très limitées et n’ait pas eu l’audace pour un vrai service de médecine de prévention dont la gouvernance et le maillage seraient globaux, éthiques et durables.

Gérard Lucas 2015 01


Navigation

Articles de la rubrique