De la part de Claude Saint Upéry

mardi 10 décembre 2013

Salut ,Françoise ,

Je tiens ,tout d’abord , à te dire combien je regrette que mon handicap m’interdise de venir t’exprimer ,de vive voix,mon immense tristesse .

Lorsque je suis arrivé au syndicat,tu étais deja une ancienne, et au fur et à mesure de ma progression dans notre organisation, j’ai été impressionné par la pertinence et la rigueur intellectuelle de tes interventions .

C’est pourquoi ,dés ma nomination au poste de Secrétaire Général, et alors que tu avais deja des fonctions importantes (Responsable de branche, responsable de région .) ,j’ai fait appel à toi pour nous representer au Conseil Supèrieur de la Prévention des Risques Professionnels ou nous venions d’obtenir un siège , en Fevrier 1988.C’était « un pied au travers de la porte d’entrée » dans les hautes sphères politico-administratives du gouvernement . Par ton action efficace au sein de cette structure,tu nous a fait connaitre et reconnaître au même titre que les grandes centrales syndicales qui en faisait déjà partie .

Outre tes fonctions au Bureau qui t’avaient amenée à en être de,1994 à 1999 ,la Secrétaire Générale adjointe,tu avais assumé pendant 4 années la lourde responsabilité de notre Contentieux.

Mais ce volet rigoureux , rationnel, de ta personnalité n’était pas le seul . En étroite association avec Claude, tu avais le sens de l’accueil : de votre vieux moulin du Pays Basque,en passant par Laxou, jusqu’à la maison lumineuse d’Ermioni,nous avons été très nombreux à profiter ,maintes fois,de votre hospitalité

Ευχαριστώ,Françoise, pour tout ce que tu nous a si généreusement apporté ( Y compris quelques mots de grec !)

Et Καλό ταξίδι ,Françoise,bon voyage !

Claude Saint Upery.